08/09/2018

Du plastique dans les champs : pourquoi ? Que faire ?

Actuellement à Lokemo, plusieurs tas de résidus végétaux sont en attente d'épandage. Sauf qu'au végétal se mêlent de nombreux déchets non dégradables et polluants comme les morceaux de plastique.
C'est en fait un phénomène récurrent et fréquent.
Il s'agit de broyat végétal produit directement sur les sites de collecte : celui-ci provient de la déchèterie de Krist à Ploumilliau. Une broyeuse circule régulièrement de déchèterie en déchèterie notamment pour réduire les volumes surabondants. Les agriculteurs utilisent ainsi un produit a priori vertueux, censé être "vert", pour couvrir et enrichir les sols.
Sauf que la broyeuse n'est pas un outil de tri : elle broie ce qu'on lui a donné à broyer, du végétal bien sûr, mais aussi des sacs et des restes de bâches en plastique, des câbles électriques..., bref, tout ce que les particuliers, les services et les professionnels auront déversé. 
Comment éviter de telles pollutions ? C'est on ne peut plus élémentaire !
Les déchets verts doivent rester des déchets verts et il appartient à chacun de faire l'effort minimum qui consiste à faire son propre tri, qui n'incombe pas à la collectivité.
Nous allons faire des propositions pour tenter d'éliminer ce problème.

Une solution encore plus efficace consiste à conserver ses propres déchets verts, une énorme économie pour la collectivité et un recyclage utile pour chaque jardin !
Quant au compost, qui est un produit broyé, fermenté et pourtant tamisé à Pleumeur-B, il peut aussi être contaminé par des particules de plastique issues... des "déchets verts".
Tôt ou tard, ces particules contaminent le monde vivant dans les sols, dans les eaux et dans les airs.

29/04/2018

Déchetterie du port de Locquémeau


Cette déchetterie portuaire est théoriquement réservée aux pêcheurs professionnels puisqu'elle est gérée par la Chambre de Commerce et d'Industrie.
Début avril, nous pouvions encore voir ceci :





Nous avons contacté la CCI et émis plusieurs propositions pour tenter d'améliorer ce site dont l'état dépend aussi des comportements de certains usagers pourtant manifestement étrangers au monde professionnel de la pêche...

Résultat : aujourd'hui, la cuve d'huiles usagées est vide et un conteneur adapté a été mis en place pour recueillir proprement les filtres à huile.



25/03/2018

Un tiers des oiseaux ont disparu en 15 ans...

Si les pratiques agricoles ne sont pas les seules responsables, elles y ont largement participé... mais rien ne s'oppose à ce que ça continue comme en témoigne cette carte !

https://www.google.com/maps/d/edit?mid=11Tsu9RIH6q_NnBMl9KZky82e9YJWKHIw&ll=48.70479886258204%2C-3.5750610428208347&z=17


Voir aussi l'article ans "Le Monde"

19/03/2018

AG reportée

AG Sémaphore reportée à lundi prochain 26 mars, 20h 30 salle polyvalente de Lokemo.

16/02/2018

Assemblée générale de Sémaphore

Lundi 19 mars à 20 h 30
 salle polyvalente Louis Cado 
hent Keravilin à Locquémeau

Ordre du jour : rapports d’activités et financier, problématiques environnementales et perspectives multiples pour 2018, modification des statuts, renouvellement du conseil d’administration, questions diverses.
Diverses sources de pollutions des espaces maritimes, extraction de sable, pesticides, arasements de haies, rocade sud... les préoccupations ne manquent pas !

 Assemblée générale ouverte à tous

08/02/2018

Pas de protection de l'environnement sans association dédiée

A Trédrez-Locquémeau comme ailleurs, les atteintes à l'environnement sont multiples :
  • l'extraction de sable qui peut reprendre à tout moment
  • les algues vertes potentiellement dangereuses
  • les arasements de talus et de haies
  • les décharges sauvages : nous avons obtenu la disparition de 3 sites privés
  • la gestion des déchets au port, sites théoriquement interdits aux particuliers
  • l'utilisation par des particuliers, de désherbants en zone interdite
  • les feux de déchets par des entreprises et des particuliers
  • la protection de l'estran où la vie d'espèces encore nombreuses est incompatible avec la circulation automobile et le stationnement 
  • la préservation des zones humides, protégées mais convoitées
  • la propreté des plages : déchets divers, déjections canines...
  • la préservation des sentiers de randonnées
  • des voies sécurisées pour les piétons et les cyclistes
Autant de domaines dans lesquels la vigilance quotidienne est de mise, autant de domaines où un cadre agréable peut vite se dégrader.
Cet environnement a besoin d'associations qui n'ont qu'un objectif : le préserver !
Cela ne se peut se faire que par l'action de groupe.

Rejoignez l'association locale !